Category

23 Juin 2018 Posted by: Comments: 0 In: ANNONCE Tags: , , , ,

Une fleur, c’est d’abord une semence qui puise l’énergie directement du sol. Elle étire patiemment ses racines afin de puiser les éléments permettant de générer sa tige. Elle s’élève alors en mat jusqu’à ce qu’elle perce l’horizon pour y découvrir le soleil. L’astre s’y met pour fournir l’apport en énergie nécessaire à sa floraison, étape ultime pour lui permettre de séduire autant l’œil du passant que l’abeille.

L’abeille permet d’assurer la descendance de la fleur. De façon maladroite et spontanée, l’abeille permet à la plante de gagner du terrain au fil des générations; un travail à long terme basé sur un respect des objectifs de chacun des partis. L’abeille c’est les partenariats, les contrats, les règlements, les commanditaires.

Le passant lui, c’est le public. Il cueille, il entretien, il s’implique dans la prolifération de la fleur ou simplement, l’offre en cadeau. Le concept de fleur, d’un point de vue holistique, assure la perpétuité de son attrait par la somme des rôles qui sont attribués individuellement à chacune des plantes. La fleur doit à la fois se reproduire et à la fois plaire.

FDC SAID

La fleur n’obtient pas ses couleurs par mérite ; le cycle et les efforts est pratiquement le même pour toutes ses cousines. Elle obtient ses couleurs de par sa nature inhérente ; si elle est une tulipe, elle sera une tulipe. Mais lorsqu’elle perce le sol pour présenter d’un jaune brillant sa nature de pissenlits, c’est l’annonce du 2e retrait sur prises. À cycle comparable, elle aura accès à la même abeille que la tulipe. Le problème sera de séduire le passant pour assurer sa pérennité…

Malgré les efforts, sa fleur et sa couleur, le pissenlit devient rapidement victime du hachoir pour des motifs de dégoût. Une fleur intrusive et excessive jugée comme mauvaise herbe que l’on coupe selon son bon vouloir pour la rabaisser au-dessous du niveau de l’herbe. On la rejette du Jardin et on abandonne même le carré de sable lorsqu’elle s’y impose trop.

Le pissenlit est drôlement accessible et n’attend certainement pas d’invitation. Criant presque le manque d’attention, la masse jaune grossit durant tout l’été sans jamais vraiment renouveler ses vœux avec son public. Sans renouveau pour soutenir sa croissance, d’un point de vue holistique, la plante est rapidement dévaluée au titre de mauvaise herbe. Elle sera la première à être coupée.

FDC MARTIN

Digne de mention, un certain public s’y intéresse après son effort de fleuraison, et s’amuse à répandre le Pappus en soufflant de toutes ses forces. Le vent s’y prend également au jeu et balaye les semences d’un autre coup de souffle. Le charme disparaît aussitôt lorsque la plante s’anime sur son propre gazon. Il semble que le pissenlit met beaucoup d’efforts à fleurir alors que le peu d’intérêt qu’elle génère provient de son déclin. La fleur pourrait être fade et grise qu’elle aurait le même impact sur le passant.

Pour des efforts égaux, la marguerite pousse de façon tout aussi naturelle. Un peu plus discrète, elle s’étend avec beaucoup moins de prétention. Socialement acceptée, elle pique l’attention des jeunes et adultes, répond aux dilemmes des amoureux et échappant à la boucherie, on opte plutôt pour l’offrir en bouquet.

FDC MARTIN

Pour des efforts égaux, la marguerite croît modestement mais brille de sa personnalité autant de façon singulière qu’en lot. Elle offre une alternative accessible tout en gardant sa valeur. Elle signe le même engagement avec l’abeille et, contrairement au pissenlit, réussit à séduire le passant de par sa fleur.
La marguerite finie par offrir plus que ses couleurs à son public. Plus simple qu’une fleur de jardin, elle devient un outil décisionnel pour le plus confus des indécis. On tire sur ses pétales, dévisage la fleur sans pour autant dénaturer la plante et on trouve assurément réponse à sa question.

Je souhaite que les pissenlits deviennent des marguerites. Que l’on arrête de dévaluer par l’offre trop grande et qu’on acquiert en notoriété et en personnalité par mérite en consolidant le public autour d’un spectacle unique. Je souhaite que la fleur change ses couleurs pour rejoindre son public tout en restant simple et accessible. Je souhaite qu’on ne la coupe plus au profit d’un gazon plus vert mais plutôt, qu’on la cueille [accueil]. Je souhaite qu’elle séduise de nouveau le passant, réponde à ses besoins et que le passant revienne assurer la pérennité du sport. Je souhaite que la boucle se referme de nouveau. Je souhaite que le sport charme de nouveau.

FDC MORIN

Une fleur obtient ses couleurs par sa nature inhérente. On peut cependant décider des couleurs qu’un sport va porter.

Merci

Antoine de Cardaillac

07 Sep 2017 Posted by: Comments: 0 In: GALERIE Tags: , , , ,

RD6&7 BANNER

FD CANADA | RD6&7 ST-EUSTACHE

23 Août 2017 Posted by: Comments: 0 In: GALERIE Tags: , , ,

MTY RD5 BANNER

FD CANADA | RD5 MONTMAGNY

09 Août 2017 Posted by: Comments: 0 In: GALERIE Tags: , , , ,

FDC GP3R BANNER

FD Canada 2017 | GP3R

20 Juil 2017 Posted by: Comments: 0 In: GALERIE Tags: , ,

True North BANNER

FORMULA D | TRUE NORTH

20 Juin 2017 Posted by: Comments: 0 In: GALERIE Tags: , , , ,

FDC RD1BANNER

FD Canada 2017 | Ronde 1 et 2