Category

22 Nov 2016 Posted by: Comments: 0 In: Uncategorized

LES PORTES | RWB et le partage d’un art

Par Antoine de Cardaillac


 

Musique :
David Bazan – Kept Secrets


« On l’observe travailler, on observe son œuvre, on observe ses techniques, on juge, on prise, on méprise… On sort de sa transe, on regarde son voisin et on partage sa vision, son ambition, son rêve et on s’arme pour défendre son point : puisque la porte est ouverte, la discussion est organique.»

 

rwb_day4-2

Les portes s’ouvrent et se ferment. C’est un mécanisme de défense simple qui existe depuis des lustres. Il est si simple que l’on oublie rapidement le symbole qu’il représente lorsqu’il  s’enclenche pour former tristement la continuité d’un mur. Refermer une porte pour combler une ouverture est le résultat d’une décision impulsive et souvent temporaire, tandis qu’ériger un mur est un geste honteux et permanent. Toutefois, le mur est hermétique seulement si la seule issue est condamnée par celui qui contrôle la poignée. Coup de grâce.

 

rwb_day1-20

rwb_day2-13

 

On nous enseigne que des portes s’ouvrent devant nous tout au long de notre vie. Un message qui attise un peu d’espoir, mais dont les fondements suscitent ma curiosité : par qui ces portes sont-elles fermées? Sont-elles originalement sous cet état ou est-ce l’héritage laissé par des générations d’égoïstes? Si l’inverse nous était plutôt enseigné, soit qu’il existe des portes, mais qu’elles ne se referment que si nous rebroussons chemin et choisissons de bloquer le passage à nouveau. Il suffirait de nous rappeler que nous avons le pouvoir de les fermer mais le devoir de les maintenir ouvertes. Serait-ce assez pour provoquer un changement de perception sociale?

 

rwb_day2-1

rwb_day2-68

 

Image réelle et psychologique de toutes ouvertures, la porte s’ouvre sur la diversité alors qu’elle se ferme sur nous-mêmes. Un ensemble de portes laissées ouvertes représente un espace collectif infini alors que des portes fermées délimitent et protègent un périmètre individuel. Alors qu’est-ce qu’une fenêtre? Un piètre moyen de valider l’identité de ceux que l’on souhaite faire pénétrer dans son espace.

 

rwb_day2-82

rwb_day2-33
Ainsi, un chef s’élève, maître de la poignée, à qui l’on pardonne les initiatives autoritaires déguisées sous un mirage de générosité. Faites la moyenne : au bout du compte, votre porte demeure fermée la plupart du temps. Finalement, on en vient à porter des jugements que sur des perceptions et sur ce qui est que des apparences.

 

rwb_day2-77

rwb_day2-41

 

Alors, comment ouvrir une porte définitivement? Comment résister à la tentation de refermer cette ouverture singulière derrière soi lorsque le chef nous accorde enfin le droit d’en franchir le cadre? L’invention de la porte vient tout juste après la décision de l’humain d’être sédentaire; une protection rapidement mise à plat par ses ennemis intérieurs. Le souvenir d’un espace commun est si lointain qu’il est prétentieux d’essayer même de l’imaginer.

 

rwb_day2-64

rwb_day2-85

 

Déjà faut-il ouvrir son esprit à la différence; ouvrir la porte pour constater ce qui se trouve de l’autre côté. Il faut prendre le temps de comprendre que la fenêtre ne nous permet pas de sentir, de toucher, ni d’entendre et qu’elle ne nous défend pas suffisamment contre les assauts du jugement. Déjà, accueillir un artiste comme Nakai San qui partage son exercice de création à un public, c’est aussi inviter les gens à prendre part à un débat soutenu par d’autres arguments que de simples perceptions.

 

rwb_day3-6

rwb_day3-53

 

Ouvrir l’ensemble de son processus créatif à son public est à la base de la démarche de Nakai San. Il s’entoure d’étrangers et amorce une discussion à l’endroit de son travail. Dès lors, les opinions se forment alors que son œuvre n’est encore qu’embryonnaire. Mission réussie! Des portes s’ouvrent, c’est le symbole du mur qui faiblit.

 

rwb_day3-22

rwb_day1-36

rwb_day3-17

rwb_day3-107

 

On l’observe travailler, on observe son œuvre, on observe ses techniques, on juge, on prise, on méprise… On sort de sa transe, on regarde son voisin et on partage sa vision, son ambition, son rêve et on s’arme pour défendre son point : puisque la porte est ouverte, la discussion est organique. Les gens arrivent et quittent le garage, mais les paroles y restent et y sont transformées, racontées et interprétées autant de fois que de nouveaux visiteurs apparaissent.

 

 

rwb_day3-55

rwb_day3-30

 

rwb_day2-44

rwb_day2-55

 

Sans faire de gagnant ni de perdant, sans avoir la prétention d’être la beauté absolue, l’œuvre de Nakai San dépasse l’idée d’apporter une simple modification esthétique. Elle forme plutôt un cercle social qui se développe autant à l’oral qu’à l’écrit. Certains décriront la démarche, d’autres s’attarderont à la couleur alors que les plus téméraires iront jusqu’à anticiper le résultat final. Certains critiqueront et d’autres idolâtreront. Ironiquement, c’est l’inverse qui se produit pour Nakai, puisqu’il connait les étapes et le résultat final, c’est la conversation qu’il essaiera d’anticiper. Comme quoi, ouvrir une porte est une invitation à entrer, mais aussi à sortir : un échange logique et équitable.

 

rwb_day3-57

rwb_day3-79

 

Ainsi, Boonmee devient plus qu’un objet physique, elle devient un symbole. Elle permet l’ouverture de portes grâce à la discussion, que les gens soient en accord ou non avec le résultat. Le débat s’éloigne de la scène automobile et la discussion s’adapte et se transforme pour tomber dans le creux de toutes les oreilles attentives. Courant d’air à l’intérieur d’une pièce; un frisson causé par la vision matérialisée d’un homme pourtant si simple.

 

rwb_day4-34

rwb_day4-18

 

La petite nouvelle dans la famille, RAUH-Welt devient un évènement social nous rappelant l’effort nécessaire pour ouvrir ses portes, afin d’encourager les visions divergentes et réfléchies. L’incision dans l’aile d’une Porsche 993, un acte de provocation, est rapidement suivie par un débat dès le premier coup de couteau. Le droit de parole est conféré à tous provoquant une menace pour la main qui garde la poignée.

 

rwb_day4-19

rwb_day4-40

 

Le travail d’un carrossier est fait d’une main discrète, mais habile, où le résultat se traduit par un art rassembleur. Nakai San peaufine son œuvre avec une attention aux détails marquée et une concentration exemplaire, puisqu’il sait que l’effort n’en est pas vain. La démarche vaut pour beaucoup, car sans elle, l’œuvre reste sans âme.

 

rwb_day2-62

 

rwb_day2-72

 

La porte qu’il ouvre fait rapidement tomber le vent. Ce n’est peut-être finalement qu’un acte généreux et tristement nécessaire dans un monde où, ayant perdu tout repère du lieu commun, on a oublié comment se défendre nu, sans barrière, contre un simple débat d’idées. Nakai affirme son identité à travers des modifications apportées à la C2S, par contre sa légende ne naîtra pas de ses créations, mais plutôt des expériences racontées par ceux qui auront été témoins de sa construction, qui liront cet article ou qui croiseront la voiture sur nos routes.

 

rwb_day3-1

rwb_day3-56

 

Au final, l’artiste met au monde d’autres artistes. Ceux-ci manieront les mots et la parole pour dépeindre leur univers imaginaire d’une Porsche qui leur semble mieux adaptée à leurs idéaux voir même, changer de manufacturier pour mieux refléter leur personnalité. L’œuvre elle-même continuera à générer une discussion qui récompense les efforts d’Akira, et propage le plaisir d’échanger quelques mots.

 

rwb_day2-61

rwb_day2-69

 

rwb_day2-54

 

Nakai San signe ses œuvres comme un peintre signe sa toile. Ce qui ressemble à une provocation est simplement lui qui ose cogner à votre porte. Vous ne vous attardez qu’au produit physique, la voiture, puisque c’est le seul élément visible depuis votre fenêtre et vous vous privez d’utiliser vos sens en jugeant et en barricadant votre mur davantage.

 

rwb_day3-59

rwb_day3-34

rwb_day4-49

 

Alors, par qui ces portes ont-elles été fermées? Des gens préférant continuer à regarder en arrière pour protéger leurs minables acquis. Voilà la réponse : les portes ont d’abord été érigées pour être ensuite fermées. Puis, elles sont rouvertes par ceux qui regardent vers l’avant, armés d’idées et prêts à défendre leur art, leurs mots, leurs ambitions. Ils donnent un coup de bélier en plein cœur de votre forteresse, sans honte, pour défendre ce qui leur tient à cœur.

 

rwb_day3-39

rwb_day4-35

 

Pour son propriétaire, Boonmee est d’abord un hommage à un être cher qui revêt maintenant une signification particulière pour chaque personne présente durant sa construction. Il aurait été si facile de ne voir qu’une Porsche avec des élargisseurs d’ailes en étant caché à l’abri derrière sa porte, alors que plus loin, il se cachait une leçon sociale.

 

rwb_day3-50

rwb_day3-95

 

J’espère qu’il existera tout autant de versions de ce même récit qu’il y a pu avoir de visiteurs sur les lieux.

rwb_day4-7

rwb_day4-3

rwb_day4-25